Depuis sa sortie, le jeu Call of Duty Black OPS 4 connait un vrai succès populaire auprès de la communauté des fans de la franchise. Si certains ont regretté l’absence d’un mode solo, ils ont pu compenser leur potentielle frustration avec le multi et surtout le Battle royale Blackout. Ce retour en forme est-il un vrai retour en force ? Quelles conséquences pour la scène e-sport ? Killstreak vous détaille cela.

Treyarch sauve souvent la mise.

Si Call of Duty : WW2 a rencontré un certain succès auprès de ses fans, les ventes de Call of Duty : Black ops 4 s’avèrent être bien au-dessus de son prédécesseur. Quand Treyarch est aux manettes, il est honnête de constater que les opus sont de bien meilleure qualité. Cette alternance de production des jeux COD permet aux américains de sortir un jeu FPS chaque année, quitte à ce qu’il soit (très) décevant un coup sur deux.

Néanmoins, les jetpacks et leurs sauts de gazelle ont été mis aux oubliettes, pour le plus grand bonheur de la majorité des fans de la franchise FPS. Il reste tout de même logique de rappeler que la production d’un Call of Duty prend 2-3 ans en moyenne et qu’il faut du temps pour revoir sa stratégie de développement (on ne peut pas arrêter un cahier des charges ou une production en un clin d’œil). Mais au final, les gamers ont été entendus.

COD vs Battlefield : quoi de neuf ?

Le concurrent historique Electronic Arts produit un BATTLEFIELD tous les deux ans. S’ils ont essayé de défier Activision avec le spin off « Battlefield Hardline » en 2015 (Visceral Games), Ils ont fait face à un échec. Du moins, ils ont abandonné cette voie qui consistait à sortir, de manière alternative, un jeu de guerre une année et un jeu hors série la suivante. La discordance avec son ex studio filiale Visceral à propos de BF Hardline mais surtout de Star Wars Battlefront a mis un terme définitif à ce projet.

Alors oui, le constat est plutôt cinglant. Call of Duty Black OPS IIII se vend merveilleusement bien, contrairement à Battlefield 5 qui était déjà en promotion 15 jours seulement après sa sortie officielle. Nous ne parlerons pas ici du fond ni de la forme. Si le studio Infinity Ward s’est quelque peu égaré ces dernières années, il est intéressant de voir Treyarch sortir du bon travail et préserver ainsi l’essence même de ce qui a fait l’énorme succès de la franchise phare d’Activision. Call of duty Black OPS IIII s’inscrit dans ce processus qui a visiblement satisfait la communauté.

Il est tout de même important de souligner la malice d’Activision d’avoir instauré le Battle Royale « Blackout » dès sa sortie, ce qui a provoqué un véritable boost auprès des gamers et des diffuseurs Twitch/Youtube. Le Battle royale de BF5 ne sort lui qu’en mars 2019… soit 5 mois après la sortie de son multi, ce qui a provoqué la frustration des fans. Le manque de contenu de BF5 commence à faire grincer des dents.

E-sport : le phœnix renaît de ses cendres ?

Quid de l’esport sur COD ? Sa scène compétitive était certainement l’événement phare dans la catégorie des jeux FPS jusque la sensible perte d’intérêt des jeux Call of Duty et l’avènement de Rainbow Six Siege depuis maintenant 3 ans.

Si le cœur des fans de la première heure bat toujours pour leur jeu favori, il est plaisant de constater que BLACK OPS 4 a suscité un vif regain de flamme. Cette année est visiblement synonyme d’espoir et de renouveau pour la scène esport de Call of Duty. Oui, c’est un jeu fun, au… sol, assez équilibré et propice à un regain d’attractivité. Certes, il n’est pas parfait mais les sensations sur le gameplay sont très bonnes.

Un bon jeu pour un net regain d’intérêt.

Que ce soit sur un plan marketing ou populaire, l’effet se révèle donc positif et immédiat. Beaucoup de joueurs en ligne depuis octobre couplées à de bien meilleures audiences que sur Call of Duty : WW2. Le monde attirant le monde, les sponsors sont forcément de la partie et les acteurs de la scène e-sport plus motivés que jamais.

Optic Gaming a sa couronne

En décembre dernier à Las Vegas, Optic Gaming est devenu le premier champion mondial sur Call of Duty Back OPS IIII. Après une saison précédente très décevante, le « mur vert » (son surnom en référence à ses couleurs) a ainsi retrouvé son trône.

La saison e-sport de COD a donc été lancée de belle manière avec une émulation certainement bien plus prononcée que sur les saisons précédentes et ce, pour une seule et bonne raison : le jeu Black ops 4 en lui même.

CWL en 2019 : demandez le programme !

La Pro League Call Of Duty est de retour en février 2019. Chaque équipe jouera sur Black OPS IIII et visera le top 32 pour se qualifier pour les phases finales de la CWL Pro League. Les quatre meilleures teams de CWL Las Vegas seront automatiquement qualifiées. Les équipes qui se classeront 5e à 32e se disputeront les 12 places restantes lors d’une épreuve de qualification.

Les 16 équipes de la Pro League seront réparties en deux divisions, sans aucune phase de relégation sur une seule étape regroupant 12 semaines de compétition. En marge des récompenses de base, les équipes recevront un bonus lors de chaque victoire obtenue.

Call Of Duty : le retour en force
Étiqueté avec :    

RED LION

Un soldat de plus mort au combat. Follow us on twitter @Killstreak00

Laisser un commentaire