Nous avons ont eu la possibilité de tester Battlefield 5 durant plus de 30h grâce à la pré-sortie EA access. Alors, ce Battlefield est-il le jeu tant espéré ? Description de notre ressenti à travers les cartes, les armes, les mécaniques du jeu et le gameplay du Multi de DICE.

Battlefield 5

Les cartes :

Elles sont au total de 8 au lancement du jeu. On sent bien que Dice a voulu proposer une réelle variation et faire plaisir à tout le monde. Il y en pour tous les goûts et tous les styles de combat. Les tailles diffèrent selon la carte, certaines sont propices au combat d’infanterie comme « Dévastation » ou « Rotterdam », d’autres sont en mid-range (Fjell, Narvik) et enfin les maps telles que Hamada ou Twisted Steel sont vraiment grandes, idéales pour les combats de véhicules ou la classe Recon.

Point à améliorer : le manque de véhicules de transition. Sur Hamada ou Twisted, on doit parfois parcourir de nombreux kilomètres à pied pour atteindre un objectif, notamment en conquête. Disposer des véhicules sur la map serait une bonne chose pour améliorer la fluidité des déplacements et des combats.

ARRAS – BATTLEFIELD 5

Les armes :

Globalement, l’équilibrage est correct et la viabilité des armes cohérente. Apprendre à gérer son recul et surtout le coup par coup est essentiel ! Attention, les armes de la classe médecin sont parfois frustrantes.

  • Classe medic : On regrette un peu la diversification des armes de BF1 sur cette classe. Dice n’est pas arrivé à proposer des armes équilibrées. Ceux qui veulent être au cœur du combat vont tomber face aux fusils d’assaut car les armes sont trop faibles. On regrette un peu la diversification des armes de BF1. On manque cruellement de puissance face aux fusils d’assaut, ce qui ne favorise pas le teamplay et le revive des coéquipiers.
  • Classe assaut : Il vous faudra jouer au contact. A distance, vous ne servez presque à rien. La Suomi est le vilain petit canard, elle fait beaucoup de trop dégâts compte tenu de son fire rate.
  • Classe soutien : Elle nous semble avoir été boostée par DICE. On débute le jeu avec le KE7, l’arme de base, qui est déjà surpuissante.

Point à améliorer : Ajouter ou modifier les armes de la classe médecin. La frustration peut se présenter sur les grandes cartes et en close-combat.

armes-BFV

Sur le ressenti du jeu

– Le shoot :  On aime la fluidité des balles lorsqu’on vise. On regrette toutefois le manque de boost avec cette impression parfois de jouer encore avec les armes de la première guerre mondiale. Les armes ont évolué en 30 ans et il serait positif de ressentir cette technologie sur le champ de bataille. Améliorer le burst/sentir la puissance de son arme participerait à de meilleures sensations in-game.

– la fluidité : Dice a effectué un gros travail sur ce point. On sent que c’est un point essentiel pour eux et ils continuent à améliorer ce ressenti. Quand on se déplace, grimpe, se couche ou recule, c’est très fluide. Un énorme progrès comparé à l’inertie parfois pesante de Battlefield 1.

– L’ambiance et le sound design : Visuellement c’est superbe. Les point forts de Battlefield sont, comme souvent, l’ambiance, le graphisme et le sound design. Si on regrette parfois de ne pas bien entendre les pas à proximité, ce n’est pas un défaut majeur. On adore la bande originale de l’écran principal qui nous promet des aventures épiques. On chérit le bruit cadencé des armes, les déplacements boueux des chenilles des tanks, les commentaires parfois dramatiques des soldats. On se sent réellement en plein milieu d’une bataille de la seconde guerre mondiale. Pour cela, Dice est peut-être ce qui se fait de mieux au monde.

Points à améliorer : le ressenti in-game des armes de la seconde guerre est parfois à revoir. On ne sent pas toujours la puissance de certains armes qui ont pourtant bien évolué depuis le premier conflit. Également, tirer au jugé est devenu plus efficace que la visée sur de nombreuses armes, est-ce bien cohérent ?

Battelfield V

Système d’attrition :

Ce système est limitatif mais finalement on s’y habitue assez bien. Cela rend le jeu plus réaliste, vous devrez jouer teamplay pour vous réapprovisionner en munitions ou en santé et ainsi augmenter votre durée de vie. Autre point positif, on peut récupérer les sacs de heal et de munitions de l’ennemi lorsque vous le tuez. L’attrition vous force aussi à faire plus attention, à ne pas gaspiller vos balles, ce qui, en réalité, est conforme à la situation des soldats en temps de conflit.

Le contenu :

8 cartes c’est finalement un pool de base cohérent pour bien apprendre à jouer dès le départ. Maîtriser ses déplacements, connaître les recoins des points stratégiques, apprendre votre carte sont évidemment essentiels dans tout jeu de guerre. Alors si certains considèrent que 8 maps c’est peu, chez Killstreak on trouve cela plutôt malin. D’autres cartes viendront s’ajouter au fur et à mesure, tout comme le reste du contenu. Sans oublier le battle Royale qui sortira en mars 2019.

– Les armes : il y en a suffisamment. Parfois critiqué par le manque d’armes de base, DICE a mis le paquet cette fois sur ce nouveau Battlefield. Pas moins de 30 armes sont comptabilisées dans BF5, sans compter les gadgets et les grenades.

Les ajouts/modifs de contenu :

  • Les lance-fumigènes sont une bonne idée même si l’épaisseur de la fumée est encore un peu légère à notre goût.
  • Les fortifications apportent un aspect concret à la défense de vos objectifs, c’est un ajout intéressant qui, sans être révolutionnaire, participe de manière concrète au gameplay.
  • La personnalisation des armes et des soldats est plutôt sympa. Même si la connivence historique en prend « un coup ». Avoir des skins dorés sur sa SMG est certes joli mais bon, comme Battlefield 5 n’est pas une simulation, ça passe. La customisation est devenue un axe marketing essentiel (il faut bien faire plaisir à une majorité de joueurs pour mieux vendre le jeu).
  • On valide à 100% l’arrêt des béhemoths et on adore les nouveaux système de renforts.

Les bugs :

Quelques glitches, notamment sur les revive mais rien d’affolant ou de bloquant. Globalement, Battlefield 5 est sorti très « propre » à ce niveau, surtout comparé au dernier BF1, qui avait été lancé avec de nombreux problèmes dès le départ.

Le système de progression :

Pour les armes, on développe assez rapidement les options jusqu’au niveau 4. Pour la classe de soldat, on monte dans les niveaux jusqu’au level 50 maximum. Un plafond qui peut être vite atteint si vous tryhard le jeu (40 heures suffiront). On suppose que d’autres niveaux seront ajoutés au fur et à mesure des semaines à venir, afin de ne pas frustrer les joueurs qui y jouent pleinement.

Point à améliorer : on espère que Dice va prévoir des ajouts de levels pour les adorateurs du jeu. Le contenu devra également être enrichi (40h suffisent pour atteindre les niveaux Max)

Les réanimations :

Certainement un des gros points forts de ce nouveau Battlefield. On valide à 100% le fait que chaque membre de l’escouade puisse vous réanimer, même s’il joue une autre classe que médecin. On adore le principe de ne plus devoir sortir la seringue pour revive, c’est un gain de temps indéniable. Le flow est ainsi privilégié : c’est plus rapide et cela favorise le teamplay. On notera quelques bugs qui ralentissent la cinématique parfois mais cela devrait se corriger selon les développeurs.


L’avis de Killstreak : 

Globalement de très belles impressions. Ce qu’on retient d’un jeu comme Battlefield 5 c’est le plaisir avant tout. Cela peut sembler basique mais c’est ce qui fait l’essence même : vouloir y retourner, passer des heures à améliorer son skill, ses armes, son niveau général. Mais aussi découvrir les petites mécaniques qu’on ne soupçonnait pas forcément au départ. Oui c’est un bon battlefield. Tout n’est pas parfait mais presque. On y retrouve parfois le teamplay chéri de battlefield 3, on adore l’ambiance générale du jeu et les maps sont superbes même si on en privilégie certaines selon son type de gameplay. On aime énormément la fluidité de son soldat : les déplacements sont tellement jouissifs.

Le jeu est aussi plus exigeant : l’attrition, la suppression du spotting, les textures parfois qui vous compliquent la tâche pour repérer les ennemis (comme sur Dévastation). Dice tend vers du fun mais vacille encore entre le casual et le réaliste afin de ne pas perdre la moitié de sa communauté. On espère quelques améliorations sur les grandes maps. On aime marcher mais on préfère le combat plutôt que la randonnée. Mettre des véhicules (de transit) supplémentaires serait intelligent. On oubliera également les errements historiques et les vieux débats qui font oublier à certains que c’est… un jeu. Non pas une simulation, encore moins un épisode de « Secrets d’histoire ». Enfin, on attend du contenu d’ici la sortie du Battle Royale de mars 2019.

Globalement peu de critiques mais quand c’est bon : il faut le dire. Si certains points sont encore à améliorer, Dice a su nous réconcilier avec sa franchise.

N’hésitez pas à partager si vous aimez. Rendez-vous sur le champ de bataille…Soldats, rompez !

Notre note : 17/20


Toutes les infos Battlefield 5

Articles similaires

Battlefield V : premier bilan du multi
Étiqueté avec :            

RED LION

Un soldat de plus mort au combat. Follow us on twitter @Killstreak00

Laisser un commentaire