BFV a été lancé officiellement il y a 9 jours sur les différentes plateformes de jeu. Killstreak vous avait d’ailleurs proposé son test sur le triple A d’Electronic Arts. Un Battlefield qui se révèle être, selon nous, un très bon FPS, avec la seconde guerre mondiale en toile de fond et un gameplay qui, de manière générale, nous réconcilie avec la franchise. Cela n’a visiblement pas suffi à séduire la fan base. Les joueurs ne suivent plus comme avant. A peine sorti, le jeu est déjà en promotion sur plusieurs sites américains, se retrouvant déjà a moitié prix pour la version standard (29 dollars sur Target). Un discount aussi fort pour un jeu de ce calibre après si peu de temps est un très mauvais signe. Ne parlons pas du streaming où Battlefield 5 est à la traine en terme de diffusions.

Côté business, le niveau des ventes s’annonce donc bien en dessous des objectifs du géant américain. Si le tout premier trailer du mois de mai n’avait rien laissé présager de bon, les pré-commandes se sont révélées – quant à elles – complètement catastrophiques.

 

Encore une guerre mondiale bordel !?

Cette thématique n’enchante pas tout le monde. Même s’il est difficile de satisfaire l’ensemble d’une communauté, certains en ont marre des guerres mondiales. Ces conflits poussiéreux aux armes d’une époque qui semble lointaine et à la technologie quelque peu dépassée. Un sentiment exacerbé après avoir goûté à des combats plus modernes comme ceux de BF3, BF4 ou Hardline – pour ne citer qu’eux. Battlefield 1 a déjà éloigné certains vétérans ou fans de la franchise. Ceux qui aiment Battlefield jusque dans les rangers mais qui préfèrent les AK47 à la Selbsblaster et des mécaniques de jeu plus proches de notre réalité.

 

Quand la polémique s’embrase…

La première vidéo Reveal du 23 mai 2018 qui nous dévoilait les premiers contours de Battlefield 5 avait reçu un accueil détestable, avec un nombre impressionnant de dislikes. En effet, 341k de pouces bleus contre… 499k de pouces rouges : du jamais vu ou presque (Merci a Call of Duty pour sa solidarité jusque dans la tombe) ! La déception – voire la rage – chez certains fans de la franchise était difficile à cacher vu la multitude de commentaires négatifs et d’insultes.

Le cœur de la polémique s’était focalisé sur la présence des femmes dans Battlefield 5, et, dans une moindre mesure, sur la customisation de son bras mécanique apparu dans la vidéo. De très nombreux viewers ont été surpris (pour les plus modérés), voire choqués (pour les plus ignorants). On connaît toutes et tous l’effet d’une première impression. Visiblement le service marketing de Dice s’est planté puisque le débat a pris une ampleur incroyable, notamment sur les réseaux sociaux. Un hashtag #notmybattlefield (en français : pas mon Battlefield) avait même été créé sur Twitter… Ce qui devait être de l’ordre du détail est devenu un nœud de conflit transformé en bad Buzz.

 

Une communication mal maîtrisée

En marge de ce premier faux pas, une partie des fidèles des jeux Battlefield a su garder une très bonne mémoire. Si la polémique sur la présence injustifiée des femmes dans les combats de guerre semble inappropriée car inexacte, Patrick Soderlund – alors Président de DICE et numéro 3 chez EA – en avait « subtilement » remis une couche quelques semaines après. S’il a défendu de manière cohérente une réalité historique avérée concernant les femmes et les combats de la seconde guerre mondiale, il a commis une grossière erreur en traitant une partie de la communauté de « personnes non éduquées ». Pour parachever son œuvre de communication, il a poursuivi avec le fameux : « acceptez-le ou n’achetez pas le jeu ! » Un superbe suicide commercial qui, malgré de bonnes intentions au départ, a bien « aidé » Electronic Arts à « redorer son blason » en incitant les joueurs à ne pas acheter battlefield 5.

Les femmes dans Battlefield 5

Une stratégie marketing qui a laissé des traces malgré un bon BF

Electronic Arts attise les tensions depuis quelques temps. Les tristement célèbres micro transactions sur « Star Wars : Battlefront II » qui vous permettaient de progresser dans vos quêtes si vous.. payiez. Mais aussi les DLC payants de la saga Battlefield sans parler de la fermeture des studios visceral qui a mis de nombreux employés sur le carreau il y a un an. Bien entendu et ne soyons pas naïfs, EA est une entreprise privée qui a pour objectif principal de développer ses parts de marché et ses profits. On ne fera donc ici pas de démagogie mal placée ici mais force est de constater qu’EA est certainement l’entreprise la plus détestée dans le monde du jeu vidéo.

 

Savoir écouter sa communauté

Oublier qu’une grande partie de la communauté de ses joueurs ne se sent pas écoutée ou considérée a sa juste valeur est une grave erreur. EA via ses différentes productions vidéo-ludiques n’a pas su faire la part des choses entre business et humain. Être considéré comme une vache à lait est mal ressenti pour tout individu qui se respecte. Tout cela ajoute du sel au sel et cela nuit indubitablement aux ventes. Bizarrement, depuis ces péripéties estivales, ça a beaucoup bougé chez EA et DICE. Patrick Soderlund a quitté la présidence de DICE, suivi de près dans son sillage par Jade Raymond (qui supervisait les équipes de Visceral). EA tente de recoller les morceaux auprès des joueurs. Cette opération de réhabilitation s’est intensifiée avant la sortie de BF5.

La multiplication des sessions « DEV TALKS » est une bonne idée : les développeurs communiquent directement avec la commu via les réseaux sociaux tels que Twitter. Un format intéressant qui permet non seulement une proximité mais aussi de réduire la marge d’erreur sur les choix stratégiques à venir. DICE est un studio qui crée de très beaux jeux de guerre. Ils font partie des meilleurs dans ce domaine. Leur savoir-faire en terme de level design et de graphismes ne sont plus à démontrer. Mais la communauté c’est la base de la pyramide qu’ils ont oublié depuis trop longtemps.

 

L’avenir de Battlefield 5

Rappelons qu’EA n’a pas encore communiqué ses premiers chiffres de ventes et nous verrons ce qu’il en est. Mais nous savons déjà que les ventes des copies physiques sont mauvaises. En dessous de BF1, de Call of Duty Black Ops 4 et même du tant décrié BF Hardline … A voir si les ventes digitales ont pu les rebooster.

promotions battlefield 5
BF5 déjà en solde 10 jours après la sortie

Pour la semaine du Black Friday voici le classement des meilleures ventes :

  1. FIFA 19
  2. Call of Duty: Black Ops 4
  3. Red Dead Redemption 2
  4. Battlefield 5
  5. Forza Horizon 4
  6. Marvel’s Spider-Man
  7. Fallout 76
  8. Pokémon: Let’s Go Pikachu
  9. Spyro Trilogy
  10. Mario Kart 8 Deluxe

Alors oui , On parle déjà d’avenir pour un jeu qui sort à peine de sa coquille. La plupart des youtubers et streameurs ont « grind » Battlefield 5 jusqu’au niveau maximum en 40h a peine. Le prochain patch du 4 décembre va apporter certains changements ou correctifs en terme de gameplay mais il faudra attendre un peu avant d’avoir du vrai contenu additif. La prochaine map se déroulera en Belgique et mettra plutôt les véhicules en exergue. Le Battle Royale quant à lui, arrive en mars 2019 soit dans … 4 mois. Les développeurs devront donc rassurer les joueurs les plus influents afin de ne pas perdre la fan base. Le contenu sera donc la clé essentielle pour la bonne survie d’un jeu qui- on le rappelle – a été apprécié dans son ensemble chez Killstreak.

C’est désormais à DICE et surtout à Electronic Arts de la jouer teamplay.

Articles similaires

Battlefield 5 : le flop commercial annoncé.
Étiqueté avec :            

RED LION

Un soldat de plus mort au combat. Follow us on twitter @Killstreak00

Laisser un commentaire